La croissance à la suite d’une perte, le calme après la tempête.

Johanne Larouche
Conseillère aux familles

La croissance à la suite d’une perte, le calme après la tempête.

Un deuil, c’est un rendez-vous avec l’inconnu, avec la douleur brute et, souvent, avec le chaos. Une période de deuil est faite de zones sombres et de méandres que chacun affronte à sa façon, avec les forces et les faiblesses qui font de lui un être unique.

Lorsque l’on accepte d’entrer dans le territoire étranger du deuil, on fait le premier pas vers une paix nouvelle, vers la croissance de son âme. Car c’est sans doute dans la souffrance que l’humain apprend le plus sur son être profond. C’est peut-être encore plus vrai lorsque la plaie est aussi gigantesque que celle causée par la mort d’un être précieux.

Traverser le désordre

Il est entendu que chaque deuil est unique et que la personne qui le traverse le vivra différemment de son voisin. Par contre, l’endeuillé pourrait s’attendre à voir sa vie chamboulée, à voir le désordre s’y installer. Avec la perte, le monde familier se transforme en un lieu désordonné, à l’image de son état d’âme. Il y a de fortes chances que l’endeuillé se sente à la fois engourdi et envahi par des émotions imprécises, bourdonnantes. Ce n’est qu’au sortir de cette confusion qu’il pourrait constater l’ampleur de sa douleur.

Rencontre avec l’absence

Pour l’endeuillé, c’est lorsque le brouillard, causé par le choc initial, se dissipe que la réalité reprend ses droits. Il se retrouve alors plongé dans un monde tourbillonnant d’incertitudes. Débute alors une longue période où la personne en deuil pourrait s’interroger sur le sens de la mort, sur sa relation avec le défunt, sur la façon dont celui-ci lui manque. C’est une étape où est souvent réévalué le passé, les valeurs ainsi que les choix de vie.

Lors de cette période, l’endeuillé vit peut-être déjà des moments où naît l’espoir d’une vie nouvelle. Bien sûr, cette période de transition est longue et parsemée d’embûches, toutes aussi douloureuses les unes que les autres, mais elle est également remplie de promesses pour celui qui accepte de la traverser les yeux et le cœur ouverts.

Accueillir la vie

Ayant confronté la fragilité de la vie, la personne qui voit la lumière au bout de son deuil a probablement constaté à quel point la vie est précieuse. Il pourrait s’ensuivre une prise de conscience de l’importance de vivre de façon authentique, en accomplissant le beau, le vrai dans sa vie de tous les jours.

Demeurer dans sa peine en ne cédant pas à la tentation de s’en échapper est une démarche aussi douloureuse que nécessaire. Le deuil ainsi vécu peut alors devenir une expérience déterminante, qui permettra d’entrer à nouveau dans la vie.

Traverser le deuil en regardant sa douleur droit dans les yeux n’est certes pas une expérience facile. Mais de cette expérience, l’être humain mortel peut apprendre beaucoup. La richesse qui pourrait rester dans le cœur de l’endeuillé, au sortir de cette épreuve, façonnera à jamais son histoire et ouvrira la voie à sa vie transformée.

Classé dans : Alliance funéraire du Royaume Publié par : Alliance funéraire du Royaume Date : 10 mars 2014